Les effets secondaires du changement d’échelle de l’agriculture biologique

Ci-dessous une communication de la FRAB Occitanie que nous relayons

Avec plus de 10% de la SAU en bio ou en conversion en Occitanie, des croissances de chiffres d’affaires des distributeurs à 2 chiffres et des prévisions d’atteindre 20% de la SAU dans les prochaines années, l’agriculture biologique devient un modèle incontournable du paysage agricole occitan et français.

Cette évolution qui répond aux attentes de nos concitoyens (respect de leur santé, de l’environnement et maintien de l’emploi local) entraine convoitises et oppositions chez les leader de l’agrochimie et de l’agro-industrie.

Nous en avons eu deux exemples frappant cet été.

1 – Demande du CAF (Conseil Agricole Français) de la suppression de l’aide au maintien à l’agriculture biologique.

Le CAF constitué de la CNMCC (Confédération Nationale de la Mutualité, de la Coopération et du Crédit agricoles = Groupama + MSA + Coop de France + Crédit Agricole), de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles), des JA (Jeunes Agriculteurs) et de l’APCA (Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture) est depuis sa création le bras armé de l’agro-business pour faire pression sur les élus et les pouvoirs publics.

C’est dans ce cadre qu’au mois de juillet, le CAF s’est prononcé pour la suppression de l’aide au maintien à l’agriculture biologique. Il souhaite ainsi limiter les besoins de transfert du premier pilier vers le second pilier de la PAC.

2 – Tentative de sabordage du CREAB (Centre de Recherche et d’Expérimentation en Agriculture Biologique)

Sous une toute autre forme, mais pour les mêmes raisons de concurrence sur les financements publics, les coopératives, les chambres d’agricultures et les Instituts Techniques conventionnels (Arvalis et Terres Inovia) cherchent à mettre la main sur les programmes d’expérimentation en grandes cultures bio d’Occitanie.

C’est au cœur des moissons, en plein mois de juillet lorsque les producteurs sont les plus affairés que Coop de France Midi-Pyrénées a annoncé sa démission du CREAB, suivie de près par la Chambre Régionale d’Agriculture d’Occitanie. Les Instituts Techniques devant faire de même prochainement. Ce qui aura pour conséquence, sans mobilisation de notre part, la disparition du CREAB.

Le CREAB, créé à l’origine par des producteurs de céréales bio dans le Gers, porte depuis près de 40 ans des expérimentations et des programmes de recherche dans l’intérêt de tous les producteurs bio et ceux souhaitant se convertir. Avec son site d’Auch, sur les terres du lycée agricole, il fait partie du réseau des centres d’expérimentation de l’ITAB et il est le seul centre d’expérimentation spécialisé en grandes cultures biologique de France.

Le CREAB est une association dont les membres représentent l’ensemble des acteurs intervenants sur l’agriculture biologiques : associations de producteurs, Chambres d’Agriculture, coopératives, instituts techniques, enseignement agricole…

Nous vous appelons à rester vigilants et mobilisés avec vos associations pour la défense de vos intérêts et du développement de l’agriculture biologique que nous voulons, respectueuse des hommes et de la nature.

Le bureau de la FRAB Midi-Pyrénées (Fédération Régionale de l’Agriculture Biologique)

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *